Lumière sur… Flipron

Après avoir présenté les Spivs! qui sont les « guests » de Bobby le 13 janvier prochain à Londres, voici le tour de Flipron, le « Halloween band » préféré de Bobby, qui ne se déplace qu’à bord de sa Flipronmobile !

Flipron - Gibson Rooms Londres

Jesse, le chanteur du groupe, nous parle de leur style musical…

« Je dirai qu’elle est cartoonesque, honteusement redondante, légèrement sinistre, dans le style psychédélique anglais, un peu comme une pie voleuse qui glane ça et là des petites choses pour les remanier à sa manière. Ca sonne bien ? »

Dès son plus jeune âge, Jesse s’est mis à écrire des poèmes…

« Je suis l’un de ces marginaux qui lit et achète des livres de poésie par pur plaisir. Mais tout ce que j’ai écris était nul et est parti à la poubelle. Alors j’ai essayé de mettre quelque chose en musique. Ca ne m’a pas pris beaucoup de temps pour développer mon propre style. La plupart des textes sont écrits par des musiciens qui mettent toute leur énergie dans leur musique et négligent leurs textes. Mais pour moi le texte est déjà une musique à elle toute seule. Les mots ont du rythme, du caractère, une forme, de la couleur. Assembler des mots pour en faire des phrases est un jeu qui me plaît. »

Quelles ont été ses influences ?

« Kenneth Patchen, un grand génie littéraire qui a été ignoré et beaucoup d’autres inconnus. Rimbaud, Garcia Lorca, Cohen. J’ai acheté un exemplaire de son livre « Des fleurs pour Hitler » bien avant de posséder l’un de ses albums. Il a été une réelle source d’inspiration. J’ai une passion pour la poésie et je transpire pour chaque mot que je couche sur le papier pour écrire mes chansons. Il y a d’autres artistes que j’admire pour plein de raisons différentes : Bob Dylan, David Bowie, Tom Waits, Nick Cave, mais aussi Brel, Prévert, Sartre dont les textes ont fini en musique. »

Et avec tout ça, où veulent-ils en venir ?!

« Le but de nos chansons est de toucher un maximum de gens, et de gagner décemment nos vies avec ça. Je trouve le star-system grotesque et absurde. Je préfère être à la maison avec ma famille, mes livres et mes instruments, à faire des gâteaux, jardiner et danser pour amuser les enfants. »

Ca, c’est bien dit… On attendant, on reprendra volontiers un peu de  « Zombie blues » et de « Skeletons on holidays » pour le dessert.

Retrouvez les Flipron sur leur site web et sur leur MySpace ! Vous pouvez également lire l’entrevue complète publiée par « The Antagonist« .

   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s